Nous utilisons cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseaux sociaux et analyser le trafic. Egalement, nous fournissons à nos partenaires réseaux sociaux, publicitaires et analytiques les informations au sujet de comment vous utilisez notre site internet. Si vous continuez dutiliser notre site internet, vous acceptez les cookies.
Statut de la commande x
Déconnexion

Loi Montagne II : de nouveaux dispositifs en perspective

nouvelles réglementations relatives à la conduite en hiver

La conduite en montagne connaîtra une nouvelle réglementation dans certains départements français à partir du 1er novembre. En effet, le décret d’application de la loi Montagne II promulguée le 28 décembre 2016 vient d’entrer en vigueur le 18 octobre dernier. Ci-après tous les changements que tous les automobilistes devront connaître avant de prendre le volant en période hivernale.

Les nouvelles réglementations relatives à la conduite en hiver

A partir du 1er novembre et jusqu’au 31 mars de l’année suivante, tous les véhicules légers, les utilitaires, les bus et les camping-cars qui vont circuler dans les zones réglementées devront adopter des équipements spécialement conçus pour la saison hivernale.

Les conducteurs devront équiper leurs véhicules de l’un des dispositifs suivants :

  • des pneus d’hiver ou des pneus 4 saisons pour toutes les roues ;

  • des chaînes à neige textiles ou métalliques.

Pour les poids lourds, la pose de chaînes à neige sur deux roues motrices est obligatoire en plus de l’utilisation de pneu d’hiver.

Les véhicules équipés de pneus cloutés ne sont pas touchés par cette mesure.

Quelles sont les zones concernées ?

La loi Montagne II est en vigueur dans 48 départements français, à savoir :

Aïn

Allier

Alpes-de-Haute-Provence

Hautes-Alpes

Alpes-Maritimes

Ardèche

Ariège

Aude

Aveyron

Cantal

Côte-d'Or

Moselle

Creuse

Doubs

Drôme

Gard

Eure-et-Loir

Haute Garonne

Hérault

Isère

Jura

Loire

Haute-Loire

Parcelle

Saône-et-Loire

Lozère

Meurthe-et-Moselle

Rhône

Nièvre

Puy-de-Dôme

Vaucluse

Hautes-Pyrénées

Pyrénées-Orientales

Bas-Rhin

Haut-Rhin

Haute-Saône

Pyrénées-Atlantiques

Savoie

Haute-Savoie

Tarn

Tarn-et-Garonne

Var

le Territoire de Belfort

Haute-Vienne

Vosges

Yonne

Corse du Sud

Haute-Corse

Le préfet de chaque département devra déterminer les communes où ces nouvelles règles de conduite hivernale devront être appliquées.

Dans cette optique, deux panneaux de signalisation feront leur apparition sur ces routes de montagne :

  • le panneau B58 qui va être placé à gauche de la route : il signifie qu’à partir de là, l’utilisation des pneus d’hiver ou des chaînes à neige devient obligatoire ;

  • le panneau B59 qui va se situer à droite de la route : cela signifie que l’usage des pneus hiver ou de chaînes de neige n’est plus exigé.

Quel est l’intérêt de cette nouvelle règle de conduite hivernale ?

La loi Montagne II tend vers plusieurs objectifs.

routes montagnardes

Protéger les territoires de montagne

Les averses, les chutes de neige et les verglas sont assez fréquents sur les routes montagnardes durant une partie de l’année. Lorsque les véhicules sont dotés d’équipements spéciaux, ils ne risquent pas d’abîmer les bitumes. En outre, ils pourront toujours desservir les zones enclavées et difficiles d’accès même au cœur de l’hiver.

Augmenter la sécurité des usagers de la route

Avec des pneus neige ou 4 saisons, la conduite devient plus sure et surtout sécurisée. Les roues accrochent bien au sol malgré l’humidité, la neige ou le verglas. Elles ne risquent pas de glisser sur le bitume et de provoquer des accidents à condition de respecter la vitesse recommandée.

Améliorer les conditions de circulation

Lorsque les véhicules ne sont pas équipés avec les pneus ou les accessoires appropriés, ils risquent d’être coincés au milieu de la route en cas de forte tempête de neige ou de plaques de verglas importantes. Ils vont alors créer des blocages au niveau de la circulation et entraîner des bouchons monstres pendant des heures.

C’est pour cette raison que l’usage de pneus d’hiver ou de chaînes à neige devient obligatoire dès le 1er novembre dans certaines zones de montagne françaises.

Comment reconnaître un pneu hiver ?

Un pneu d’hiver est reconnaissable grâce à deux marquages bien visibles sur son flanc.

Le premier est le marquage M + S (Mud and Snow). Le fabriquant peut le mentionner sur son pneu hiver lorsqu’il estime que celui-ci est capable d’affronter la boue et la neige lors de la conduite. Les modèles comportant uniquement cette indication n’ont subi aucun test officiel.

Le second marquage qui est le 3PMSF (3 Peak Montain Snow Flake) ne peut être inscrit sur un pneu d’hiver que lorsque celui-ci a réussi les tests officiels imposés par la réglementation en vigueur en Europe. Ces contrôles concernent son adhérence sur glace, sa tenue de route dans un virage et son aptitude concernant le freinage sur une route enneigée. Ce label ne sera attribué que si la capacité du pneu est supérieure à 25% de celle du modèle de référence.

Si le conducteur utilise des pneumatiques qui ne comportent que le marquage M + S, les autorités pourront le tolérer jusqu’au 1er novembre 2024. Toutefois, il est préférable de choisir des modèles présentant les deux afin de bénéficier de tous les avantages offerts par les pneus d’hiver.

Quelle sanction en cas de non-conformité à la loi ?

Les conducteurs qui envisagent de circuler dans les zones réglementées doivent se conformer à la loi Montagne II en vigueur à partir du 18 octobre.

En cas de contrôle, le véhicule non équipé de pneus d’hiver entre le 1er novembre et le 31 mars pourra être immobilisés. En outre, son conducteur sera passible d’une amende de 135 euros.

Toutefois, cette sanction ne sera pas encore appliquée durant la première année c’est-à-dire du 1er novembre 2021 au 31 mars 2022. Les conducteurs seront uniquement rappelés à l’ordre en cas de non-respect de la loi.

Pneus d’hiver ou chaînes de neige : que choisir ?

Tous les deux ont chacun leurs atouts et leurs inconvénients.

Les pneus d’hiver

pneus d’hiver

Par rapport aux autres, un pneu d’hiver possède une grande résistance. Il est fabriqué avec un matériau souple qui ne durcit pas même lorsque la température descend en dessous de 7°C.

Il garde son adhérence sur une chaussée mouillée, enneigée ou verglacée. Ses lamelles assurent une excellente traction lors de la conduite. Les rainures larges et profondes tracées dans sa semelle facilitent l’évacuation rapide de l’eau et de la neige vers les côtés.

Un pneu d’hiver est également capable de faire stopper le véhicule sur une courte distance en cas de freinage brusque. Il entre dans la catégorie des dispositifs non démontables puisque le véhicule doit en être équipé pour pouvoir rouler.

Les pneus 4 saisons

pneus 4 saisons

Ce sont des pneus hybrides qui peuvent être utilisés toute l’année. Les fabricants concentrent dans ces modèles les meilleures technologies des pneus d’été et d’hiver. Leur principal avantage est qu’ils supportent une large plage de température allant de – 10°C à + 30°C. Lorsque la loi Montagne II sera effective, les conducteurs pourront les adopter pour se conformer à celle-ci.

Les chaînes à neige

chaînes à neige

Ce sont des dispositifs démontables qui peuvent être installés uniquement lorsque le conducteur va devoir rouler dans les zones réglementées. Il n’a plus besoin d’utiliser des pneus d’hiver grâce à ces équipements spéciaux. Ci-après tout ce qu’il faut savoir pour choisir les chaînes à neige appropriées.

La taille

La chaîne à neige doit correspondre à la dimension du pneu qui va l’accueillir c’est-à-dire la largeur, le diamètre de la jante et le rapport hauteur/largeur.

Le type de serrage

Quatre choix sont possibles. Le premier est la chaîne à neige à tension manuelle. Ce modèle traditionnel coûte moins cher. C’est le conducteur qui devra la fixer sur le pneu de son véhicule lorsqu’il est temps de le faire. Le montage se fera en deux temps et demande une certaine pratique.

Le second est la chaîne neige à tension automatique. Son usage est fortement recommandé aux débutants dans ce domaine. Son montage s’effectue en une seule fois et demande très peu de temps. Dès que le véhicule démarre, elle ajuste automatiquement sa tension sans aucune aide de votre part. Son seul inconvénient est son prix élevé.

Le troisième est la chaîne neige araignée. Ce modèle est spécialement conçu pour les véhicules dont les passages de roue sont trop étroits. C’est le cas des voitures de sport puissantes par exemple. Ce type de chaîne s’installe sur la bande de roulement du pneu et recouvre son flanc extérieur.

Le dernier modèle est la chaîne neige textile ou chaussette. Facile à installer, elle offre une bonne protection sans perturber le fonctionnement des systèmes ESP et/ou ABS du véhicule. Son usage est fortement recommandé sur les jantes en aluminium ou en alliage. Sa légèreté constitue son principal atout. Par contre, elle n’est pas conditionnée pour un usage fréquent car elle s’use vite.

Le montage

Les chaînes à neige se vendent par paire. Elles doivent être montées sur les roues motrices du véhicule. Si elles sont en métal, la vitesse maximale autorisée tourne autour de 50 km/heure. Avec des chaînes neige textiles, le conducteur possède plus de liberté sans toutefois faire un excès.

Quel est le meilleur choix entre les trois ?

Pour un véhicule qui va circuler fréquemment sur les routes de montagne réglementées, il est préférable d’opter pour des pneus d’hiver ou des pneus 4 saisons. Ils assureront une meilleure protection indépendamment des aléas climatiques. Leur longévité est également exceptionnelle si bien qu’ils n’auront pas de mal à tenir pendant les cinq mois exigés par la loi. Étant donné que ce sont des dispositifs non démontables, il n’y aura plus rien à faire une fois qu’ils seront montés en dehors des vérifications périodiques.

rouler dans les montagnes

Pour un véhicule qui va rouler en dehors des 48 départements français soumis à la loi Montagne II, avoir des chaînes neige métalliques ou textiles dans leur coffre suffit amplement. Au cas où la voiture devra circuler dans les communes qui exigent ce dispositif, le conducteur n’aura qu’à procéder à son montage le moment venu. Ce dispositif démontable est par conséquent parfait pour les usages occasionnels.